Petite histoire de la première pierre de la Maison de la radio

Vendredi 10 juillet 2015
Email
Le 10 juillet 1952, le conseil municipal de Paris autorisait la Radiodiffusion - Télévision Française (RTF) à acquérir le terrain compris entre les rues du Ranelagh, Boulainvilliers, Raynouard et le quai de Passy, dans le 16e arrondissement de Paris, en vue d’y édifier la Maison de la radio. Mais la pose de la première pierre, prévue le 16 novembre 1954, n’est pas allée sans encombre.

Voici ce qu'était, en 1948, le terrain sur lequel la RTF souhaitait ériger le Maison de la radio. Bordé de petites constructions et hangars et doté d'un terrain de sport.

Le terrain sur lequel sera érigé la Maison de la radio en 1948. Photothèque du Musée de Radio France

« La santé de nos enfants en péril ! » : une opposition du quartier au projet

Juste avant d’être cédé à la RTF, le terrain du quai de Passy, sur lequel se trouvait anciennement une usine à gaz, avait été transformé de manière provisoire, dans l’attente d’un lotissement, en terrain de sport. Le projet de construction de la Maison de la radio a provoqué une opposition de riverains, qui se sont mobilisés pour tenter de conserver l’infrastructure sportive au profit des écoles du quartier et des clubs de sport.

Affiche placardée dans le quartier du quai de Passy


Mais le besoin impérieux de locaux centralisés pour la RTF, ainsi que l’existence, à l’époque, de nombreuses autres installations sportives près du bois de Boulogne (50 hectares au total réppartis sur plusieurs sites), ont eu raison de cette opposition et le 18 mai 1953, l’acte d’acquisition fût signé.

Une pose de la première pierre ajournée

C’est à l’angle du quai de Passy, aujourd’hui avenue du Président Kennedy et de la rue du Ranelagh, que René Coty devait poser la première pierre, mais un article du Monde Paris, daté du 15 novembre 1954, nous apprend que la cérémonie avait été annulé au dernier moment :  le président était souffrant.

Le monde Paris du 15 novembre 1954

L’histoire ne dit pas, in fine, si René Coty a effectivement posé ou non cette première pierre à une date ultérieure, toujours est-il qu’au lieu de se trouver comme prévu à l’angle du quai de Passy et de la rue du Ranelagh, elle a été déposée dans le couloir d’un sous-sol de la Maison de la radio, pour une période de grand sommeil dans un lieu symbolique de sa fonction de fondation.

 

La constitution des collections muséales de l’ORTF puis de Radio France, regroupées et exposées dans un musée à l’intérieur du bâtiment, a permis de sortir la pierre de son lieu d’oubli et de l’exposer à la curiosité des visiteurs.

La première pierre dans le musée de Radio France avant la réhabilitation du bâtiment.

La fermeture de la Maison lors du chantier de réhabilitation en 2007 a nécessité le déménagement des collections du musée et de la pierre. Si les 2500 pièces du musée sont toujours conservées dans des locaux dédiés hors les murs, la pierre originelle a fait son grand retour dans la Maison et est à nouveau exposée au public, dans l’aile gauche du grand hall, au rez de chaussé du bâtiment.

La première pierre, à son emplacement actuel dans le hall Seine, à l'angle de l'avenue du Président Kennedy et de la rue de Boulainvilliers.

C’est de ce point, où se trouve également une maquette de ce bâtiment futuriste pour l’époque, que débutent aujourd’hui la plupart des visites guidées de la Maison de la radio.

À découvrir, cette archive de reportage sur la construction du bâtiment.



________________
Par Hélène Béraud
Avec les collections des Archives écrites et du Musée de Radio France

Email

Aller plus loin