Jacques a dit

Mercredi 20 juillet 2016
Email
Jacques est sûrement l'artiste le plus innovant du moment. Après avoir sorti « Dans la radio », morceau où se répondent des sons de la Maison de la radio, il revient dans nos studios pour enregistrer de nouvelles surprises. Portrait.

Comment es-tu arrivé dans la maison ronde ?
J’ai rencontré Charles Carmignac, le guitariste de Moriarty,  qui a proposé à Radio France de faire un jeu de piste avec des bruits de la Maison de la radio, et il a parlé de ça un jour à un gars qui lui a dit « tu devrais proposer à Jacques, qui fait de la musique avec les bruits ! ». Je me suis retrouvé ici avec un petit bout de bois, à taper sur tout pour savoir avec quoi on allait faire de la musique.


Qu’est ce qui t’inspire ici ?
J’aime bien que ce soit un truc service public, du coup je me sens chez oim ! Je n’ai pas payé beaucoup d’impôts dans ma vie mais je me sens chez oim ! En pratique il y a énormément d’espace et de matos, qu’on peut facilement utiliser avec un peu ce qu’on veut, pour peu qu’on soit capables de l’expliquer aux gens qui ont mis en place ces trucs, tu vois. Du coup ça m’inspire vachement, parce que je me dis que si j’ai un projet qui est intelligible et sensé, et que je me dis que je suis capable d’aller au bout, il y a des gens qui ont un intérêt à me faire confiance et à le faire. Un intérêt bienveillant, pas forcément un truc de recherche de reconnaissance. 
Après je ne vais pas te faire la fable, en mode « y’a des supers bruits ». Des bruits y’en a partout, pas ici plus qu’ailleurs, mais c’est juste marrant parce que c’est super grand, on dirait qu’on se balade dans l’étoile noire de Star Wars ! Sinon il y l’Agora qui est très belle, et y’a les fameux cables « tchuiii » qui sont dans mon morceau.
 
Tu peux nous parler de tes projets ?
Cet été je vais bouger. J’avais sorti mon morceau qui s’appelle « Dans la radio », et du coup j’ai beaucoup de concerts de prévus, j’ai une vingtaine de dates. C’est mon premier été de dates comme ça !
Là j’ai un projet avec la Maison de la radio, je suis très content de ce que j’ai fait. C’était bien de faire du son en 360 dans le studio là-haut ! C’était la première fois que je faisais du son en 5.1, ça me donne envie de faire tout mon disque en 5.1 ! Parce que c’est des nouvelles sensations, et que maintenant repasser sur un truc stéréo ça me parait petit. C’est comme si tu t’habitues à un certain standing et après ça te parait moins bien quand tu reviens chez toi. Du coup j’ai envie de m’incruster à la maison de la radio plus souvent !  On verra, mais le truc c’est que j’ai des idées de son, du coup je peux les expliquer avant de les faire. Je suis pas obligé d’arriver en disant « je veux faire du son », mais j’arrive et je dis « je veux faire ce son, ce truc là avec ce concept-là bien précis et ils me disent : vas-y fais le.

Et sinon comme projet aussi, à la rentrée je vais sortir une compilation de pleins de potes à moi, pour info… C’est avec des mecs qui font du son que j’aime bien, je me suis dit que c’était l’occasion de tous les sortir. Je ça va s’appeler « C’est transversal ». Je vais faire un projet qui s’appelle « Transversal ». C’est plus de la recherche musicale, sans aucune recherche commerciale.
 
Comment tu crées ? Tu repères des petits bruits ?
Ouais je repère des petits bruits, mais y’a pas de règle. J’ai tout le temps une mélodie dans la tête, souvent c’est une mélodie qui est faite par quelqu’un récemment, du coup c’est une mélodie connue, et parfois c’est une mélodie, à force de la chanter je me rends compte que personne ne l’a faite, alors je la fais, moi. Et là, soit j’utilise des bruits pour la faire, ou j’utilise des bruits dans le processus, comme ça, je les mets dans l’ordi et je vois ce que ça donne, et là ça me donne d’autres idées de rythmes et de mélodies… il n’y a pas vraiment de process, il y a juste des fréquences, des bruits, et je m’amuse. Les bruits peuvent juste être rythmiquement, harmoniquement, ou juste pour l’ambiance, mais ça peut être la base de la mélodie, la base du rythme… ça peut tout être, même  la mélodie que j’avais déjà. Je n’ai aucune démarche, je veux juste m’être amusé en la faisant. Et c’est comme ça que les gens peuvent s’amuser en l’écoutant ! Ils se diront « le mec s’est marré ! ». J’ai envie qu’il y ait de l’humour dans ma musique, il y en a un peu déjà,  même si c’est un peu intello, tu vois, j’ai envie qu’à tout moment ce soit ridicule.
 
Ils ont dit quoi tes parents quand tu t’es rasé la tête ?
Je me suis pas rasé la tête ! Je me suis laissé pousser sur le côté, ça n’a rien à voir ! C’est comme par exemple tu sais que ton pote va avoir un bébé, mais il met neuf mois à arriver, donc t’as bien le temps… et puis après il est là… Ce n’est pas comme si tu voyais ton pote et qu’il te disait « J’ai un bébé ! », et tu serais « ouah ! », tu vois ? Donc là mes parents ont d’abord vu une photo où mes cheveux étaient plus longs… et ils ont trouvé ça rigolo, et puis ils se sont dit « tiens, il n’a pas encore changé… ». Si j’étais arrivé rasé d’un coup en mode « hé alors qu’est-ce que vous en pensez ?! » ça se serait passé différemment. Mais mes parents sont des originaux, je ne vais pas à l’inverse de ce qu’ils sont, je ne vais pas à contre-courant de mes parents avec ce que je fais, donc ça va, en soi.
 

Propos recueillis par Julia Lasry

Email